Les femmes dépensent plus ….. quand elles ovulent

Encore un article qui va susciter la polémique, je le sens….. Une étude de la John Molson School of Business publiée dans le Journal of Consumer Psychology montre que les cycles menstruels des femmes influent sur leur comportement dépensier. Et tout ceci ne serait du qu’à un comportement ancestral et donc … génétique.

Le test a été effectué sur 59 femmes volontaires qui ont du quotidiennement décrire dans un journal :

  • leur consommation alimentaire
  • les vêtements portés et les produits de beautés appliqués
  • les achats effectués

Après analyse, il est apparu très clairement qu’au moment où la fertilité est la plus intense dans leur cycle (entre le 8ème et le 15ème jour), ces femmes cherchaient à plaire. A contrario, dans l’autre phase, elles cherchent à manger plus qu’à l’habitude.

Un comportement ancestral

En somme, pas grand chose de nouveau sous le soleil, juste une confirmation. L’explication est liée à l’évolution. Du temps de la préhistoire et sans calendrier, les femmes ne se basaient que sur leur cycle menstruel pour connaître au mieux les périodes de fécondation et ainsi assurer la survie de son espèce. Elles rentraient alors dans une phase de séduction pour trouver un partenaire.

Mais que cela ne rassure pas, ni ne soulage les femmes qui ne trouvaient pas d’explication à leurs pulsions d’achat. Ce n’est pas une raison pour dépenser sans scrupule!! Au contraire, sachant cela désormais, vous devez apprendre à vous maîtriser!!!

Et les femmes qui se sentent les plus petites en Europe sont….

La marque Compeed, spécialiste du « panard » a mené une étude des plus intéressante, complètement essentielle à notre culture et à notre soif de connaissance. En effet cette étude consistait à connaître quelles étaient les femmes en Europe qui portaient les talons les plus hauts.

Et ce sont les Britanniques qui l’emportent avec en moyenne des talons d’environ 8.4cm devant les Espagnoles 8.1cm) et les Danoises (7.6cm). Puis viennent les Allemandes avec 6.9cm et les Françaises(6.1cm).

Cette moyenne britannique est largement sur-estimée dans la mesure où Victoria Beckham fausse un peu les résultats avec ses 3600 paires d’escarpin dont la moitié (au moins!!) ont des talons vertigineux pouvant atteindre les 23cm.

Vous vous sentez mieux maintenant avec cette information, non???

En attendant, si vous voulez en savoir plus sur les pointures de vos chaussures en taille anglaise, vous pouvez aller sur les convertisseurs de Kingconv…..

La « roja » va renflouer les caisses de l’Espagne

Les doubles champions d’Europe en titre et le champion du monde vont être immortalisés sur 2 pièces de monnaies par la Casa Real de la Moneda espagnole.

La victoire espagnole va bien renflouer le porte-monnaie du gouvernement espagnol. Mais est-ce que cela suffira pour redresser toute l’économie espagnole? Ce n’est pas sûr du tout car les supporteurs collectionneurs devront tout de même débourser 59 euros pour une pièce de monnaie, certes collector, en argent de 10 euros et 775 euros pour la pièce de monnaie en or de 200 euros.

Ce n’est pas sûr qu’à ce prix-là, il y ait beaucoup d’acquéreur. D’autant plus que sur le côté pile, le bon vieux Juan Carlos montrera sa pomme et que du côté face, ce sera un petit footballeur célébrant un but et l’inscription « Campeónes de Europa »

Pour une même enseigne, dans quel pays acheté ?

Une étude menée par l’association de défense des consommateurs belge « Test-achats » vient d’être effectuée sur plusieurs mois dans 8 pays d’Europe, la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Portugal. Pour une même enseigne, les prix ne sont pas partout pareil. Résultat…..

Des prix disparates en fonction du pays d’origine de l’enseigne

Les résultats de l’étude montre globalement que les prix sont moins chères dans les pays originaires ou proches du pays d’origine de l’enseigne. Sans surprise, c’est donc aux Pays-Bas que les meubles IKEA sont moins chères qu’en France (4%). Médiamarkt, enseigne belge, est plus chère de 10% en France ou 11% au Portugal où la marque n’est quasiment pas présente. La marque espagnole Mango affichent les prix les plus bas en Espagne (25% de plus qu’en France). Les marques Decathlon et H&M ne pratiquent quasiment pas de différences de prix en Europe

Les surprises viennent plutôt des marques internationales. Les MacDonalds sont moins chères au Portugal ( de 29% par rapport à la France et 33% par rapport à la Belgique). Pizza Hut est 45% plus cher en France qu’au Portugal.

Que conclure de cette étude ?

Cette étude menée sur 977 articles de 17 grandes enseignes montrent surtout que la France et la Belgique sont les pays les moins intéressants pour faire des affaire malgré quelques grandes enseignes. Retrouvez tous les résultats de cette étude sur le site de Test et achats

Les touristes et le shopping : La France devrait mieux en profiter

La France est depuis très longtemps la destination préférée des touristes dans le monde. Avec 77 millions de visiteurs par an, cette « manne » étrangères n’est pas assez bien captée par les commerçants français qui se sont reposés sur leurs acquis des années passées. Pourtant le prêt-à-porter, qui n’en finit plus de souffrir en France, garde la tête hors de l’eau grâce à ses touristes qui font du shopping, leur 2ème activité préférée.

Les marques françaises ont une très forte image auprès des touristes étrangers mais celle-ci n’est pas assez valorisée en France. La faute au non-renouvellement des centres commerciaux, aux horaires d’ouverture qui ne sont pas assez larges…..

Par exemple, à Paris le quartier des grands magasins du côté de l’Opéra accueille près de 12 millions de visiteurs étrangers, plus que la tour Eiffel avec ses 7 millions ou le Louvre avec 8 millions et 40% du chiffre d’affaires des grands magasins parisiens provient de ces touristes.

A Madrid, depuis le 15 juillet 2012, tous les commerçants peuvent ouvrir 24h sur 24 tous les jours de l’année. Madrid vise avant tout les touristes: un exemple dont la France devrait s’inspirer certainement. Cela obligerait certaines adaptations au niveau des employés mais beaucoup de monde y trouverait son compte, pour peu qu’il y ait une rémunération adaptée des employés.